Breaking News

Infirmière libérale ? Tout savoir sur le métier

métier d’infirmière libérale

Tous les travailleurs ne sont pas adaptés aux services de soins. Certains professionnels comme une infirmière libérale préfèrent quitter l’hôpital et opter pour une pratique libérale. L’autonomie, la rigueur et l’organisation sont les caractéristiques distinctives de cette forme d’exercice infirmier. En effet, contrairement à leurs collègues hospitaliers, les infirmiers libéraux travaillent dans un cabinet (composé de plusieurs confrères ou d’autres professionnels de santé) et se rendent au domicile des patients pour dispenser leurs soins.

Sur le métier d’infirmière libérale

L’infirmière libérale exerce en tant qu' »entrepreneur indépendant » au sein d’une entreprise libérale, ce qui nécessite des connaissances en gestion et en comptabilité. Pour s’installer ou effectuer des remplacements en tant qu’infirmier libéral, il est requis d’avoir au moins 24 mois d’expérience dans les services de soins.

Ce secteur de la profession infirmière attire de nombreux praticiens, avec environ 131 000 infirmiers ayant fait ce choix en France et dans les Dom-Tom. Il est vrai que la motivation financière joue également un rôle. En effet, la rémunération d’un infirmier libéral (en fonction de son chiffre d’affaires) est nettement plus attrayante que celle dans n’importe quel service de soins. Cela dépend du choix, du profil, des compétences et de la volonté de prendre des risques.

Les domaines d’intervention de l’infirmière libérale

Le domaine infirmier englobe diverses activités selon les dispositions légales avec la partie réglementaire  stipulées dans le Code de la Santé Publique. Ces activités incluent l’analyse, l’organisation, l’exécution et l’évaluation des soins infirmiers, ainsi que la contribution à la collecte de données cliniques et épidémiologiques. De plus, les infirmiers participent à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d’éducation en matière de santé. Tout au long de ces responsabilités, les infirmiers doivent respecter les règles professionnelles, notamment en matière de confiance. Ils collaborent avec d’autres professionnels de la santé, du secteur social et médico-social, ainsi que du secteur éducatif.

Le décret du 29 juillet 2004 (décret 2004-802) relatif aux parties IV et V du Code de la Santé Publique, avec certaines modifications, établit les réglementations concernant la profession infirmière et infirmière libérale.

Il est donc possible de conclure que l’infirmier libéral ayant décroché son diplômé d’État effectue une activité à particularité intellectuel et technique, qui relève du domaine civil plutôt que commercial ou artisanal. Il jouit d’une indépendance professionnelle, n’ayant aucun lien de subordination avec sa clientèle et basant ses relations sur la confiance. Il assume une responsabilité personnelle pour ses actes et est soumis au secret professionnel, ainsi qu’aux règles déontologiques de sa profession. Ces dernières sont énoncées dans le code de déontologie, publié au journal officiel le 27 novembre 2016.

Les infirmières libérales représentent 17% de l’ensemble des infirmiers en France, dont 84% sont des femmes (contre 88% chez les infirmiers hospitaliers). Leur tranche d’âge prédominante se situe entre 40 et 44 ans.

La profession libérale

En ce qui concerne la profession libérale comme le fait d’être une infirmière libérale, bien qu’il n’existe pas de définition juridique précise, on peut trouver différentes approches pour décrire cet exercice spécifique. Selon l’Union Nationale des Professions Libérales, le professionnel libéral fournit des services non commerciaux à des personnes qui l’ont choisi de leur plein gré. Ces services sont dispensés de manière juridiquement, économiquement et politiquement indépendante, garantissant ainsi une règle duale basée sur le respect du secret professionnel et la reconnaissance des compétences. En outre, le professionnel libéral reste personnellement responsable de ses actes. Selon la CCI Lyon, une personne exerçant une activité libérale est une personne travaillant à son compte, en dehors du secteur de l’industrie et du commerce, et exerçant une profession nécessitant une formation supérieure. L’activité intellectuelle occupe une place centrale, impliquant généralement une science ou un art pratiqué en toute indépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *